Timothée Mottin, le pirate du glacier des Bossons

A Chamonix, dans la forêt qui surplombe la moraine du glacier des Bossons, se cache une petite ile au trésor pour les amoureux de produits du terroir sans fioriture et sans chichi. C’est Timothée Mottin, gardien de la cabane du Cerro qui nous accueille sur son île de pirate perché à 1358 metres.



Et oui, c’est un peu un pirate ce Timothée ! A 33 ans, ce Chamoniard passionné de montagne tient depuis 5 ans déjà cette ancienne cabane devenue en quelques années un repère pour les amoureux d’un terroir authentique avec des légumes bio cultivés dans l’arrière jardin au milieu des poules et des plantes aromatiques.





A quelques minutes à pied seulement du parking du Tunnel du Mont Blanc, ou bien à 1h30 du centre de Chamonix pour les plus courageux, la cabane du Cerro et son gardien semblent faire de la résistance au milieu d’un monde en perpétuel mouvement. Ici le temps s’est arrêté, comme suspendu au-dessus du glacier, qui, c’est le moins qu’on puisse dire, a « pris cher » ces derniers 25 ans. En effet, il y a moins d’un quart de siècle, le fameux glacier des Bossons descendait presque au-dessus du village. Il a laissé la place depuis à une moraine poussiéreuse et fait place à une falaise instable.



Les lieux n’ont pourtant pas perdu leur beauté et la cabane du Cerro offre une vue magnifique sur sa rivale, de l’autre côté de la langue glacière ; la cabane des Bossons. Elle aussi est quasi accrochée en équilibre au-dessus du vide en attendant d’être déplacée. L’entreprise est ambitieuse.





Si Timothée a tout d’un pirate avec sa barbe noire et son piolet en guise de sabre, son île est sa cabane, la montagne son océan et le glacier son anse. Il faut dire qu’il renferme des trésors ce glacier des Bossons, depuis que 2 avions à un peu plus de 10 ans d’intervalle ont tragiquement fini leur vol sous le sommet du Mont-blanc. Le Malabar Princess en 1950, un Super Constellation de la compagnie Air India reliant Bombay à Genève en passant par le Caire, puis en 1966, le Kanchenjuga, lui aussi d’Air India.




Depuis ces 2 terribles accidents, le glacier ne cesse de restituer des effets personnels des passagers et des pièces des épaves ; des petits trésors accumulés et exposés dans les 2 cabanes des Bossons. Récemment, tandis qu’il arpentait le glacier après son service, Timothée a mis la main sur des piles de journaux datant de janvier 1966 dont l’état de conservation laisse pantois. On peut y lire à la une des journaux indiens de l’époque l’élection d’Indira Gandhi, seconde femme élue démocratiquement de l’histoire, comme si le passé avait souhaité s’inviter dans notre actualité en cette période où l’on questionne tant la place des femmes au pouvoir.


C’est l’un des charmes si singuliers de cette cabane perdue dans la montagne où l’on peut déguster de succulentes omelettes (je vous conseille la Monstre) avec les œufs de poules du jardin ou le gratin de ravioles, en admirant des vestiges de 2 tragédies aériennes qui ont tant marqué la vallée de Chamonix. Nul doute que Timothée continuera longtemps à entretenir son île de pirate, cultiver son jardin, accueillir ses clients randonneurs et à explorer son glacier à la recherche de nouveaux trésors…


Photos et article: Jodouin Mitrani

Cabane du Cerro - Chamonix

© 2020 by Jodouin Mitrani. Proudly created with Hispter Lab